News

Communiqué de presse du 12 octobre 2011

 

Paris, le 12 octobre 2011

L’enseignement supérieur français et les diplômés étrangers menacés: l’AGEP demande le retrait de la circulaire Guéant du 31 mai

L’AGEP, association représentative des étudiants parisiens, s’inquiète des conséquences de la circulaire Guéant de mai dernier.

Le 31 mai dernier paraissait sous l’impulsion conjointe des ministères du Travail et de l’Intérieur une circulaire donnant consigne aux préfectures de limiter l’accès au premier emploi sur le territoire français,  aux étudiants étrangers hors Union Européenne diplômés de l’université ou de grande école française. Une mesure qui peut paraître bien étonnante au vu de la politique d’immigration choisie mise en œuvre par le gouvernement en 2007.

Depuis le début de l’année universitaire, les effets délétères de cette mesure se font ressentir. De nombreux étudiants hautement qualifiés se voient menacés d’expulsion du territoire français, empêchés d’accéder à un emploi par l’absence d’obtention  d’une autorisation de travail pour 12 mois.

Le rayonnement mondial de l’enseignement supérieur français est lié à son attractivité pour des étudiants étrangers de haut niveau. Il sera impossible de la conserver sans perspective de premier emploi sur le territoire français,  aboutissement logique de toute qualification.

Les diplômés étrangers, embauchés  par les entreprises françaises ou étrangères seront ensuite les ambassadeurs de la qualité de la formation universitaire française.  Jules Hoffman, prix Nobel 2011 de médecine, français d’origine luxembourgeoise formé en France déclarait  «  si nous avons réussi, il faut en toute honnêteté en remercier le système de recherche français ».  La France peut-elle se priver de tels talents et de telles réussites futures au nom d’une vision de l’enseignement supérieur étriquée et réduite à une politique du chiffre ?

La réussite de ces étudiants allant de pair avec la qualité et la reconnaissance de notre système universitaire, ne doit pas être entravée par des mesures discriminatoires et injustes, touchant des étudiants qui sont déjà en situation de vulnérabilité.

M. Wauquiez, ministre de l’enseignement supérieur, annonce que des « corrections » vont être apportées  et  des « consignes aux préfets » distribuées. L’AGEP considère ces aménagements insuffisants et relaie les revendications de la FAGE en exigeant le retrait de la circulaire du 31 mai.

L’AGEP rappelle que l’insertion professionnelle sur le territoire français d’étudiants étrangers diplômés est une chance pour son économie  et un facteur indispensable du rayonnement mondial de la formation française.

L’AGEP réclame que l’enseignement supérieur français et la réussite de ses étudiants ne soient pas l’otage de manœuvres politiques électoralistes.

L’AGEP demande fermement à ce que les étudiants étrangers soient traités avec respect et que des mesures d’accompagnement pédagogique, administratif et social soient mises en œuvre pour rendre possible leur réussite.

L’AGEP rappelle que l’accès à un emploi doit être l’objectif de toute qualification et demande à ce qu’une autorisation de travail soit délivrée par les préfectures aux étudiants étrangers en voie d’obtenir un emploi sur le territoire français.

 

Contacts presse :

M. Mikaël Agopiantz – Président de l’AGEP

mikael.agopiantz@gmail.com

06 71 03 82 24

M. Gauthier Dot – Vice-Président de l’AGEP

gauthierdot@yahoo.fr

06 06 61 16 27

Vous pourriez également aimer...